Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Jean-Luc Bartoli Énergeticien à Saint-Brieuc France +33296613333

Tout ce qu'il faut absolument savoir avant de consulter


Les guérisseurs en procès

Publié par Jean-Luc BARTOLI sur 15 Avril 2006, 08:41am

Catégories : #Magnétiseur

MARDI 25 avril 18:30 à la cite des sciences Paris

Un retour sur la difficile cohabitation entre médecins et guérisseurs

Séance animée par Thierry Lefebvre

 

Les conflits entre médecins diplômés et guérisseurs inspirent les cinéastes des années 1940-1950. La répression des guérisseurs, rendue possible par la loi du 30 novembre 1892, sort renforcée de la Seconde Guerre mondiale. L’Ordre des médecins, habilité à porter les plaintes devant les tribunaux, est institué en 1940. Et une ordonnance ministérielle de 1945 instaure la notion d' "exercice illégal de la médecine".

L’après-guerre est donc marquée par de nombreux procès, généralement très médiatisés. L’exemple de Maurice Mességué est particulièrement significatif. Il s’impose comme une véritable "star" de la médecine alternative, consultée par les têtes couronnées, les hommes politiques et les vedettes du show-business. La presse populaire, par exemple Le Parisien libéré et Détective, prend clairement le parti des guérisseurs, dénonçant l’"acharnement" des autorités médicales et prônant une coopération entre médecins et thérapeutes "alternatifs".

Les films présentés témoignent tous d’un semblable parti pris. Qu’il s’agisse du Guérisseur (Yves Ciampi, 1953),  de Bonjour toubib (Louis Cuny, 1956), ou plus secondairement de La Fille aux yeux gris (Jean Faurez, 1945), ces longs-métrages de fiction reflètent très étroitement les débats et prises de position de l’époque.

Cette présentation re-situera les termes du débat des années 1940-1950, en mettant l’accent tout particulièrement sur le parcours emblématique de Maurice Mességué et sur son hypermédiatisation. Des extraits de films viendront illustrer différents aspects de la pratique médicale "alternative" d’alors : les consultations ; les thérapeutiques utilisées (magnétisme, radiesthésie, etc.) ; les chamailleries avec le corps médical ; et - bien entendu - les procès.

 

Thierry Lefebvre

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents